Zwift ou Vrai vélo (dehors) – On se pose la question !

Eric Schlange, un grand fan de cyclisme et de Zwift, a rassemblé quelques notes de sa dernière expérience dans un “vrai” critérium et l’a comparé à une course de critérium Zwift : l’image qui en est ressortie est vraiment intéressante.

Tout d’abord les données sur la race :

Zwift WBR 4 Lap Flat Race : 34 athlètes sur la London Classique Distance/Durée : 17,61 miles en 37:40 pour une vitesse moyenne de 28,1 mph.Puissance normalisée : 302w

Cal Aggie Elite 4 Crit Race : environ 40 coureurs, par temps sec et légèrement venteux, sur un parcours très plat avec quelques virages serrés.distance/durée : 16,17 miles en 39:41 pour une vitesse moyenne de 24,5 mphPuissance normalisée : 259w

Note : Deux compteurs de puissance différents ont été utilisés dans ces épreuves, car Eric a utilisé des pédales Garmin Vector 2 sur le Zwift et un Quarq avec un double compteur sur le vélo de course. Lors de tests comparatifs, il a trouvé des valeurs similaires, mais il y a toujours une possibilité de variations.

Le début

 1

Dans le Zwift, il faut être prêt à fournir un effort difficile pendant les trois premières minutes de la course, pendant que les coureurs poussent pour former le groupe de tête. En extérieur, le départ est souvent la partie la plus lente de la course, même sur un circuit plus court.

Dans la course

 2

Dans Zwift, améliorer sa position dans un groupe est simple en modulant la puissance. Mais atteindre la tête de la course en plein air est une toute autre histoire, il faut être décisif et préparé, sinon la situation peut devenir une épreuve.

Lire aussi  Zwift présente le premier championnat de cyclisme en e-Sport !

Perdre une position prend un moment, un simple claquement de doigts ou un virage, vous devez être vigilant et attentif à tout moment.

Dans Zwift, les attaques de l’avant du peloton sont moins fréquentes, l’effet de sillage est très marqué et il est donc plus difficile d’aller loin. Si quelqu’un attaque dans Zwift, il attend généralement les dernières minutes de la course ou pendant une montée.

Puissance et cadence variables

 3

La comparaison des graphiques de cadence et de puissance des deux courses montre clairement que la course en plein air était beaucoup plus variable en termes d’effort, et il ne fallait pas être un génie pour le comprendre. Un moyen facile de s’en rendre compte est de comparer l’indice de variabilité (VI) des courses, en plein air était de 1,07 contre 1,05 de Zwift.

Si vous arrêtez de pédaler sur Zwift, cela vous fait reculer très vite, donc personne ne s’arrêtera jamais de pédaler dans une course de plat sur Zwift.virages : personne ne réduit sa puissance en entrant dans les virages sur Zwift, mais évidemment tout le monde arrête de pédaler et freine dans les virages plus lents.

Dans les deux courses, la puissance était d’environ 40 watts de plus pour la course Zwift, ce qui explique aussi la différence de vitesse.

Analogies

 4

Ce sont là les grandes différences, mais y a-t-il des similitudes ? Absolument ! En voici quelques-unes :

Il faut une bonne stratégie et une bonne connaissance du parcours : si le monde est virtuel ou réel, il est important de savoir comment mieux affronter la course et utiliser le parcours à votre avantage. Sans douleur ni gain : une course en circuit est certainement plus dangereuse qu’une course en salle, mais en l’absence d’accidents, l’effort sera plus ou moins le même.

Lire aussi  Meet-up Zwift ? Qu'est-ce que c'est ? Comment en créer un ?

Même chose pour la victoire : certainement plus de goût à l’extérieur, surtout s’il y a un peu de foule, mais aussi à l’intérieur, vous pouvez en retirer une certaine satisfaction (personnelle).

Des jours non ? Peu importe où vous courez, si vos jambes n’y arrivent pas, la course devient une épreuve partout !

Et qu’avez-vous obtenu pour participer aux deux courses ?

 5 6

Julien

admin

Laisser un commentaire

En cours ( 4 min) : Zwift ou Vrai vélo (dehors)…