Le championnat du monde d’Imola sur Strava : faisons quelques numéros..

Nous avons encore dans les yeux le succès d’Alaphilippe et le grand spectacle qui nous a donné la Coupe du monde d’Imola.

Nous avons encore

un peu d’amertume dans la bouche pour le résultat des Azzurri, mais honnêtement, il était difficile de faire mieux que cela.

..

Deux jours plus tard, après avoir déposé le résultat, nous avons analysé le championnat du monde par Strava, qui nous fournit toujours des informations et des données intéressantes

. Foto facebook.com/ImolaEmiliaRomagna2020 – BettiniPhoto

Malheureusement, Julian Alaphilippe n’a pas de profil public, mais l’analyse est quand même très intéressante, car van Aert et Kwiatkowski, deuxième et quatrième au championnat du monde, ont publié leurs données de course (à l’exception des valeurs de puissance)

.

Nous prendrons comme référence le profil du Polonais, puisque l’inscription du Belge est interrompue juste avant la dernière montée de Gallisterna (probablement à cause d’un problème d’inscription avec le cyclocomputer, ou parce qu’il était simplement à l’échappement…).

Dans l’analyse nous aidera également l’activité de notre Fausto Masnada, qui par rapport à Kwiatkowski a également publié les données de puissance et est resté avec le groupe des premiers jusqu’à la dernière montée, fermant en 23ème position

.

La première donnée intéressante, extrapolée à partir du profil de Masnada, est la puissance moyenne normalisée (que Strava appelle pondérée) : 291 watts sur 6 heures et 40′ de course. Masnada a un poids d’environ 63 kg, donc nous avons une valeur de 4,6 watt/kg pour l’ensemble de la course.

Commençons par analyser la course en partant de l’ensemble du circuit : 28,8 km, avec un dénivelé de plus de 500 mètres. Les deux principales ascensions étaient celles de Mazzolano et de Gallisterna, mais en fait, comme vous pouvez le voir sur l’altimétrie, avant Mazzolano les coureurs devaient aussi affronter la montée vers Bergullo (3,6 km à 3%).

Lire aussi  Comment modifier un itinéraire sur Strava ?

Il est

intéressant de noter la différence de temps considérable entre la première et la deuxième partie de la course. Kwiatkowski a affronté le premier tour en 50’35” à 34 en moyenne.

Le

rythme s’est ensuite progressivement accéléré et il a subi une grosse déchirure après 150 km, lorsqu’il n’était plus en dessous de 41 km/h de moyenne (bien que cela n’en ait pas l’air à la télévision…)

.

Le tour le plus rapide a été l’avant-dernier, avec 42,6 km/h de moyenne. Le temps record de Van Avermaet est de 40’28”, soit 10′ de moins que le premier tour. Pogacar n’a pas téléchargé l’activité liée au championnat du monde, mais il a terminé l’avant-dernier tour de l’échappée avec environ 25″ d’avance sur le reste du groupe, on peut donc supposer une vitesse moyenne d’environ 43 km/h.

Kwiatkowski a effectué le dernier tour en 40’58”, même si, comme nous le verrons, les deux ascensions décisives ont été abordées plus durement dans le tout dernier tour. Alaphippe, qui a donné une avance de 24″ à ses rivaux, est le seul à s’être approché du temps de l’avant-dernière manche dans le dernier tour.

Nous allons maintenant analyser les montées de Mazzolano et Gallisterna qui, comme nous l’avons vu à la télévision, confirment que l’accélération décisive a eu lieu dans les deux derniers tours. Le temps record des deux ascensions, malgré la fatigue, a cependant été enregistré lors du dernier tour.

Le meilleur temps dans la montée de Mazzolano (2,6 km à 6%) est partagé entre Porte, Molard et Masnada, tous trois avec 5’47”. L’français sur ce tronçon a enregistré une puissance de 398 watts, soit environ 6,3 watts/kg pour plus de 5′. Pas exceptionnel dans l’absolu (en parlant des professionnels), mais extraordinaire si l’on considère que plus de 6 heures de course ont déjà été passées.

Lire aussi  Strava et la vie privée ? Comment ça fonctionne ?

Un chiffre moins indicatif, mais peut-être plus utile pour de nombreux passionnés pour faire des comparaisons, est celui de la vitesse

.

Le segment le plus difficile de la montée de Mazzolano, 1,2 km à 10%, a été couvert par l’avant-garde du groupe à 21 km/h, avec une VAM de plus de 2 000 m/h.

Photo facebook.com/vincenzonibali – Getty Images Passons à

la montée de Gallisterna, où la course a été décidée. Kwiatkowski l’a prise en 5’45” dans le dernier tour, alors qu’ils étaient déjà à plein régime pendant plusieurs kilomètres à une vitesse moyenne de 27,2km/h. Alaphilippe, qui avait une avance de 3 ou 4″ au sommet, l’a ensuite fait tourner à plus de 27,5 km/h.

La section la plus difficile de la montée, 1,2 km à 11%, a été dépassée par Kwiatkowski à une moyenne de 19,5 km/h (Alaphilippe l’aura donc parcourue à plus de 20 km/h), avec une VAM d’environ 2 200 m/h

. C’est

vrai que c’est une montée courte et raide, mais grimper à plus de 2 000 mètres de VAM, c’est toujours beaucoup de choses, surtout avec 6h30′ et 5 000 mètres de dénivelé dans les jambes… Ce n’est pas un hasard si le temps record de Caruso ici était de 3’33”, mais il a été établi pendant un feu d’entraînement

Aussi, et c’est le chiffre auquel il faut penser, les champions ont fait la différence dans le dernier tour, quand les deux montées ont été abordées à pleins gaz, à bout de souffle. Ceux qui étaient moins en forme en ont payé le prix et dans la dernière montée, ils ont abandonné.

Lire aussi  Zwift : comment la taille affecte la vitesse ?

En effet, seul le groupe de tête a pu améliorer le temps de montée de la Gallisterna enregistré lors de l’avant-dernier tour.

Vous trouverez ci-dessous les liens vers les profils de Strava di : Kwiatkowski van Aert Masnada

ICI vous pouvez trouver tous les autres articles publiés à la formation avec le compteur de puissance publié sur videosports.fr

 1 2

Julien

admin

Laisser un commentaire

En cours ( 4 min) : Le championnat du monde d’Imola…